MENU'
Home Page
Home Notizie Vangelo - La Terrasse

Vangelo - La Terrasse

Giovedì 19 Gennaio 2017 12:19
LA TERRASSE

Théâtre - Critique

Vangelo

Publié le 17 janvier 2017 - N° 250

Avec Vangelo, Pippo Delbono répond à une demande que lui a faite sa mère avant de mourir : écrire un spectacle sur les évangiles. Au fil de son histoire et des tragédies qui déchirent notre monde, l’artiste italien signe ce qui est peut-être l’une de ses créations les plus fortes. Comme une invitation foudroyante à se confronter à l’amour et à la vérité.

Bobò et Pippo Delbono dans Vangelo. Crédit : Luca del Pia

Bobò et Pippo Delbono dans Vangelo. Crédit : Luca del Pia

« Faire théâtre de tout », disait Antoine Vitez. Dans Vangelo, le saisissement peut venir de choses excédant les champs présupposés de l’art dramatique. De l’entrée sur le plateau de Bobò, par exemple, lente et incertaine, mais souriante, poétique et lumineuse, main dans la main avec Pippo Delbono. C’est grâce à ce dernier que l’octogénaire microcéphale et sourd-muet est sorti, au milieu des années 1990, de l’hôpital psychiatrique dans lequel il vivait depuis 45 ans. L’auteur et metteur en scène était venu y diriger un stage. Bobò l’a adopté, faisant comprendre au personnel de l’institution qu’il souhaitait continuer sa route avec lui. Le vieil homme est ainsi devenu (comme le comédien trisomique Gianluca Ballarè, ou Nelson Lariccia, un ancien sans-abri) l’un des interprètes emblématiques des spectacles de Pippo Delbono. Faire théâtre, donc, de la présence hors norme de ces êtres si particuliers, mais aussi d’une parole personnelle, intime, adressée depuis la salle, sans détour, au micro, en livrant son histoire, son rapport à dieu, à la religion. Ou encore d’une vidéo présentant un groupe de réfugiés africains au sein d’un champ de maïs, pendant que l’on proclame avec force un extrait du Sermon sur la montagne.

Quand le théâtre se hisse à la hauteur du réel

Egalement d’un plan fixe qui dévoile la surface d’une mer calme, la nuit : image hypnotique servant de toile de fond au témoignage d’un migrant. Cet homme venu d’Afghanistan fait le récit circonstancié de la traversée funeste qui l’a mené jusqu’en Europe. Certains de ses amis, moins chanceux, y ont laissé la vie. Malgré ces fenêtres ouvertes sur les catastrophes du notre époque, Vangelo est tout sauf une plainte révérencieuse. C’est un cri, un appel à la joie et à la communion, une mise en cause de l’indifférence, une célébration du devoir d’amour, une dénonciation de l’hypocrisie religieuse. Accroché de manière indéfectible à la vérité, le théâtre de Pippo Delbono se hisse une nouvelle fois à la hauteur du réel. C’est sans doute ce qui lui confère une telle puissance. Vive, libre, musicale, à la fois brute et recherchée, cette nouvelle création nous entraîne dans la matière incandescente du monde. On y fait face, sans ménagement, à de grandes beautés, de grandes douleurs, de grandes émotions. En ayant le sentiment d’échapper au seul théâtre, pour prendre part aux fulgurances d’une eucharistie laïque.

Manuel Piolat Soleymat

 
Copyright © 2000-2011 Compagnia Pippo Delbono-tutti i diritti riservati :: Webmaster: Flaweb