MENU'
Home Page
Home Notizie
Notizie
Traduzione recensione Frankfurter Allgemeine
Domenica 12 Marzo 2017 16:18

Dalla recensione di Vangelo / Frankfurter Allegemeine / di Olivier Jungen

 

Non posso camminare sull’acqua

Il regista teatrale Pippo Delbono ha realizzato un film intenso sull’arrivo dei rifugiati in Europa

 

Non si crede ai propri occhi. Ci sono ancora film coinvolgenti…

Ci sono film che non rappresentano ma che indicano, tracciano (un pensiero, una strada ideale da percorrere). Vangelo è uno di questi film, nel quale è molto presente l’artificio e al tempo stesso altrettanto autentico, tanto che si ha l’impressione, per così dire, di vedere doppio.

….

Diverso e al contempo affine, come fosse un lontano parente di Christoph Schlingensief, Delbono si presenta privo di modestia e di ironia.

Il suo è uno straordinario « teatro dell’anima » ben riconoscibile e riconducibile a poetiche scaturite sia da una potente fisicità, presente alla radice delle sue coreografie (Delbono viene dal mondo della danza), che dalla Magia, tanto più che spesso le improvvisazioni dei suoi attori sono delle tematizzazioni (delle messe in scena) di singole/particolari esperienze.

Nel Film la Compagnia è presente solo sullo sfondo/marginalmente; altri infatti sono i temi centrali: i giovani rifugiati colti nella loro condizione di precarietà, sospesi fra la richiesta di asilo e la risposta/la decisione delle autorità italiane.

Delbono mette in risalto, evidenzia il contrasto fra le sue esperienze e il modo di vedere corrente. Ma non lo fa in una chiave astratta, viceversa pone se stesso in un contesto aperto, fatto di comunità e di condivisione.

Che la visione e la messa in scena scelte per il Film da Delbono siano aperte è chiaro fin dalle prime scene dove il regista si autoriprende mente si muove a stento lungo la corsia di una clinica, in concomitanza di una lunga degenza a causa di una malattia agli occhi, e dove afferma « vedo tutto doppio ».

Se è vera, questa domanda corre lungo lo stesso crinale fra astrazione e realtà sul quale si colloca anche la domanda di sua Madre che dal letto di morte gli chiese di creare un lavoro dedicato al Vangelo.

Ovviamente, come Buddista, Delbono si proclama distante da questo « Dio della paura », affermando però che nel luogo del teatro borghese può realizzarsi il « teatro dei ricchi ».

Quindi spezza ogni confine, ogni limite e con la camera portatile/e il telefonino si mescola agli altri, la sua vita insicura con quella degli altri (insicuri), come un tempo Gesù e i suoi seguaci, come oggi sono i rifugiati.

C’è il centro di raccolta dei rifugiati/richiedenti asilo che assomiglia a un convento di duemila anni fa con un sipario e una messa in scena -a tratti divertente- del Vangelo.

Lo spettatore assiste a tutto questo senza essere nè sentirsi un voyeur, anzi è un testimone del presente di questo mondo. Dodici giovani uomini, arabi e africani, dal fisico prestante, rapidamente si trasformano e diventano gli Apostoli dell’oggi. In seguito un altro figurante riconoscibile dalla foggia (avvolto in un drappo con la corona sul capo) urla e si dispera nella sua prigione dopo che Barabba l’ha respinto (e di fatto condannato).

La storia di Cristo nel film è presente in tutta la sua potenza ma è solo in filigrana, appare sullo sfondo, mentre a prendere corpo sono i racconti delle fughe dei singoli migranti.

Vangelo è il contrario della versione realizzata da Pier Paolo Pasolini (nel 1964)….

Pasolini ci ha sorpresi attraverso un linguaggio asciutto e vero proprio al rivoluzionario che è stato nel suo tempo; per Delbono la storia ha invece un solo/e altro merito, quello di schiudere  le porte dello spirito sul presente. Per questo il suo Gesù mentre nuota afferma: « non posso camminare sull’acqua », è una scena commovente che allude alle migliaia di rifugiati annegati.

Quando Delbono si impone « sui giovani apostoli » nelle diverse scene del Film, l’insieme conserva un suo equilibrio ; viceversa quando gioca e balla con loro si apre/si concede un po’ troppo….

Ma certamente è anche l’elemento di magia che caratterizza l’opera intera. Vediamo i protagonisti soprattutto per come essi stessi si sono sentiti e si sono potuti esprimere magari per la prima volta.

Delbono da parte sua con la sua inconfondibile cifra conferma la propensione per un pathos molto presente dato, in questa circostanza, dalla scelta di aver realmente vissuto a fianco dei rifugiati e, in parallelo, di aver vissuto con se stesso un periodo difficile.

« Forse è il sacro senso della vita, essere presenti più a lei stessa che non a noi ».

…….

 

 
Frankfurter Allgemeine - Ich kann nicht auf dem wasser gehen
Domenica 12 Marzo 2017 16:04

 

 

 

 
EVANGILE- Presse
Domenica 29 Gennaio 2017 13:14

Pour apprécier Vangelo, il faut se laisser porter par des mots, des images, des sentiments. Et des gens, surtout. Car Pippo est sur le plateau avec son monde, des comédiens pas comme les autres, qui sont avant tout des personnes, venues de tous horizons, souvent bizarres, grandes, grosses, maigres, trisomiques comme Gianluca ou microcéphales, sourdes et muettes, comme Bobo. » – Le Monde

« Voir un Pippo Delbono c’est assister à une cérémonie dont le rythme se casse parfois laissant place à la divagation. Ce grand plasticien est surtout un peintre qui sait fabriquer des images, la plus forte étant peut être l’une des dernières, une explosion hippie  où trône en maître bouddha, dans un lit bébé, Gianluca Ballare qui est atteint de Trisomie 21. » – Toute laCulture

« Tantôt sur scène, tantôt dans la salle, Pippo Delbono est le maître de cérémonie d’un cabaret rempli de personnages contrastés, emblématiques de l’humanité telle qu’elle est. Les tableaux s’enchaînent comme autant de visions : petits diables déchaînés, bonnes sœurs dansant le disco, femmes emprisonnées dans du cellophane ou encore réfugiés naufragés... » – Les5pièces

« L’art de Pippo Delbono est de créer des atmosphères envoutantes. De la scène d’ouverture, où sa troupe siège devant le public tel un parterre d’aristocrate décadents, à l’ascension du Golgotha par l’acteur lui même tirant un gigantesque mur en béton, chaque scène frappe par sa beauté. Il partage avec la metteuse en scène Pina Bausch cet art rare de savoir créer une émotion à partir d’un geste ou d’un objet. Comme chez Bausch, les plateaux dépouillés contrastent avec la force des images qu’ils dégagent. La comparaison s’arrête toutefois là, tant l’absence de décors foisonnant chez Pippo Delbono est largement compensé par un discours envahissant qui épaissit trop souvent la finesse de l’image. » – Un fauteuil pour l’orchestre

– « La voix caressante et rocailleuse, le corps massif et le souffle lourd, l’homme-orchestre, à fleur de peau, hurle et danse pour mieux se faire le chantre de l’amour et de la liberté. Il livre une charge anti-cathos radicaux et contre tous les fanatismes proférés au nom de Dieu. Quelque chose d’à la fois funèbre et d’éclatant paraît dans l’alliage du rouge capiteux et du noir caverneux qui éclairent le plateau d’une lumière toute particulière, proprement infernale. » – SceneWeb

– « Accroché de manière indéfectible à la vérité, le théâtre de Pippo Delbono se hisse une nouvelle fois à la hauteur du réel. C’est sans doute ce qui lui confère une telle puissance. Vive, libre, musicale, à la fois brute et recherchée, cette nouvelle création nous entraîne dans la matière incandescente du monde. » – La Terrasse

« Pippo parle, projette ses mots, cite des auteurs (saint Augustin), chante, saisit un violon, une guitare, prend ses acteurs par la main. C’est un rockeur mais de fête foraine, faisant tourner les mots et les gens avec la fièvre du samedi soir. Il trimballe partout où il va la place italienne, celle des petits villages où l’on peut parler et chanter tard dans la nuit, où les migrants sont parfois arrivés. Précisément, ils sont là, les réfugiés. Pippo les a filmés, à Asti où il est établi. Et la fraternité s’amplifie. » – WebTheatre

« La parole est le domaine réservé de Pippo Delbono qui, naviguant entre salle et scène, délivre son verbe profératoire riche en imprécations homilétiques et harangues furieuses, honnit le Dieu paradoxal, préfère le Diable vu comme un diablotin chantre de la liberté sexuelle et prône la vertu théologale de la charité. Et il danse aussi, sa danse-signature de vie et de mort. La tiédeur n’est pas de mise pour ses spectacles, dont celui-ci qu’il veut une fête et une provocation à la fois. On aime ou on déteste. » – Froggy’s Delight

– « Des vidéos de réfugiés dans un centre d’accueil italien soulignent le propos de manière appuyée mais touchante. Bien sûr, nous sommes d’accord avec ce cri d’amour pour l’humanité en danger, exilée et blessée, avec cette difficulté de se sentir abandonnés, trahis par les divinités censées nous guider. La troupe de Pippo Delbono, personnages sublimes et déchirants, qui danse sur une bande-son aux multiples couleurs, nous aura tendrement charmés à la lumière d’un plateau, colorée par les costumes et contrastée comme la vie. Un patchwork à la gloire de l’existence, en somme. » – Artistik Rezo

– « Á travers ce spectacle, j’ai eu besoin de revenir à des choses qui appartiennent à mon histoire personnelle, à ma vie d’homme élevé dans le catholicisme, à la relation que j’entretiens avec Dieu et la religion. » –  Pippo Delbono pour La Terrasse

 
Amours, sacralité et ivresses....
Giovedì 19 Gennaio 2017 12:35

RRHINOCEROS

 

Du 05 au 21/01/2017 au Théâtre du Rond-Point| Durée : 1h50 | Pour y aller

Amours , sacralité et ivresses

Pippo Delbono, metteur en scène italien connu pour la radicalité de son approche, présente en ce début d’année son nouveau spectacle, « Vangelo ». Sur fond religieux, mort et allégresse se regardent deux heures durant, transportant le spectateur de dualité en dualité : amour et violence, éternité et instant présent, infini et mort… Fascinant.

Le metteur en scène crée « Vangelo » en hommage à sa mère, à sa demande. Sur le thème des évangiles, il décline des réflexions autour de la religion catholique, de l’individu, des souffrances et des joies, tout cela par un décor épuré et l’utilisation d’objets rares, mais symboliques. En résulte un spectacle où l’exaltation côtoie le sacré, de tableau en tableau.

Des personnes – et non des personnages

Une des premières choses qui frappe dans l’approche de Delbono est l’extrême force des comédiens. Leur étrangeté, la radicalité de leurs comportements, leur rapport frontal au public, ainsi que l’impression d’entièreté qu’ils lui laissent s’impriment immédiatement, et décuplent les effets mis en place par le metteur en scène. Même leurs voix, filtrées par les micros, semblent infiniment proches. Ils sont nommés par leurs prénoms – comme souvent chez Delbono.

Il ne s’agissait plus de travailler sur le texte de quelqu’un d’autre ou d’incarner un personnage, mais de s’engager soi-même et peut-être aussi de se découvrir soi-même. ¹

Delbono, présent comme à son habitude au plateau, se livre lui aussi avec chaleur et complicité à son public, sans pour autant tomber dans l’auto-centrisme ni éclipser ses acteurs. Sa voix, sorte de guide tout au long du spectacle, résonne en quasi-continu, tissant une continuité dans un propos riche et composé : naviguant des souvenirs de Pippo à ses rencontres ou à son regard sur le Nouveau Testament, le spectacle se déploie comme une grande fresque, que l’on suit avec naturel et engouement.

Un regard tendre et amusé sur la religion catholique

Loin de tomber dans l’écueil de la critique facile et provocatrice des traditions chrétiennes italiennes, Delbono porte au contraire un regard nuancé et compréhensif sur celles-ci – la douceur avec laquelle il aborde ces questions constitue un hommage complice et joueur à sa mère. Cela ne l’empêche pas de faire la part des choses et de donner sa propre lecture à cette part de sa culture et de son éducation profondément traditionnelle et patriarcale. LN’évoquant ni l’Ancien Testament, ni les dogmes, il propose en revanche de rejouer certains épisodes des Évangiles, entrecoupant son spectacle de visions sacrées à l’esthétique forte, et à l’atmosphère riche : ombres et lumières, musiques religieuses, lenteur… Delbono retente ainsi de donner à la figure de Jésus une existence en dehors de la culpabilité enseignée par l’église, par la beauté. Mais aussi par l’humour.

Il humanise également ces récits bibliques en créant des face à faces avec des récits personnels, les siens, ou ceux d’autrui – c’est le cas par exemple de celui de son ami migrant, dont la voix relate avec calme et douceur des péripéties d’une violence extrême, tout cela sur projection de mer scintillante. Peut-être sont-ils tous des martyrs, ou alors n’y a-t-il pas de martyrs, simplement des obstacles et souffrances à surmonter, afin d’atteindre une autre dimension : celle de la joie.

Ode à l’amour et à l’ivresse

On va ainsi durant une heure cinquante, suivant Delbono dans ses récits chaleureux, ou entre de courts monologues sur l’amour déclamés à voix basse par ses comédiens. D’une beauté rare, ces textes gardent en lumière le propos principal de Pippo : l’amour de l’autre, inexplicable, et l’ivresse, la joie et la folie de vivre. On retrouve quelque chose de Jodorowsky dans cette harmonie entre sacré et profane, et l’assimilation sans rancune de cet héritage religieux : il n’est pas nécessairement contradictoire avec une exaltation de l’instant et de l’éphémère. Être animé par le désir de toucher à cette dimension du sublime, le metteur en scène italien l’énonce ainsi :

Je parle de la vraie joie, celle que tu connais quand tu dépasses la douleur, c’est cette beauté que je cherche. ²

Avec qui y aller ? Un-e anarchiste, un-e fervent-e croyant-e, votre propre mère.


 
Vangelo - La Terrasse
Giovedì 19 Gennaio 2017 12:19
LA TERRASSE

Théâtre - Critique

Vangelo

Publié le 17 janvier 2017 - N° 250

Avec Vangelo, Pippo Delbono répond à une demande que lui a faite sa mère avant de mourir : écrire un spectacle sur les évangiles. Au fil de son histoire et des tragédies qui déchirent notre monde, l’artiste italien signe ce qui est peut-être l’une de ses créations les plus fortes. Comme une invitation foudroyante à se confronter à l’amour et à la vérité.

Bobò et Pippo Delbono dans Vangelo. Crédit : Luca del Pia

Bobò et Pippo Delbono dans Vangelo. Crédit : Luca del Pia

« Faire théâtre de tout », disait Antoine Vitez. Dans Vangelo, le saisissement peut venir de choses excédant les champs présupposés de l’art dramatique. De l’entrée sur le plateau de Bobò, par exemple, lente et incertaine, mais souriante, poétique et lumineuse, main dans la main avec Pippo Delbono. C’est grâce à ce dernier que l’octogénaire microcéphale et sourd-muet est sorti, au milieu des années 1990, de l’hôpital psychiatrique dans lequel il vivait depuis 45 ans. L’auteur et metteur en scène était venu y diriger un stage. Bobò l’a adopté, faisant comprendre au personnel de l’institution qu’il souhaitait continuer sa route avec lui. Le vieil homme est ainsi devenu (comme le comédien trisomique Gianluca Ballarè, ou Nelson Lariccia, un ancien sans-abri) l’un des interprètes emblématiques des spectacles de Pippo Delbono. Faire théâtre, donc, de la présence hors norme de ces êtres si particuliers, mais aussi d’une parole personnelle, intime, adressée depuis la salle, sans détour, au micro, en livrant son histoire, son rapport à dieu, à la religion. Ou encore d’une vidéo présentant un groupe de réfugiés africains au sein d’un champ de maïs, pendant que l’on proclame avec force un extrait du Sermon sur la montagne.

Quand le théâtre se hisse à la hauteur du réel

Egalement d’un plan fixe qui dévoile la surface d’une mer calme, la nuit : image hypnotique servant de toile de fond au témoignage d’un migrant. Cet homme venu d’Afghanistan fait le récit circonstancié de la traversée funeste qui l’a mené jusqu’en Europe. Certains de ses amis, moins chanceux, y ont laissé la vie. Malgré ces fenêtres ouvertes sur les catastrophes du notre époque, Vangelo est tout sauf une plainte révérencieuse. C’est un cri, un appel à la joie et à la communion, une mise en cause de l’indifférence, une célébration du devoir d’amour, une dénonciation de l’hypocrisie religieuse. Accroché de manière indéfectible à la vérité, le théâtre de Pippo Delbono se hisse une nouvelle fois à la hauteur du réel. C’est sans doute ce qui lui confère une telle puissance. Vive, libre, musicale, à la fois brute et recherchée, cette nouvelle création nous entraîne dans la matière incandescente du monde. On y fait face, sans ménagement, à de grandes beautés, de grandes douleurs, de grandes émotions. En ayant le sentiment d’échapper au seul théâtre, pour prendre part aux fulgurances d’une eucharistie laïque.

Manuel Piolat Soleymat

 
L'Evangile selon Delbono - Le Monde
Venerdì 13 Gennaio 2017 00:29


« Vangelo », l’Evangile selon Pippo Delbono

Le comédien et metteur en scène italien, entouré de sa troupe pas comme les autres, bouleverse le Théâtre du Rond-Point.

LE MONDE | 12.01.2017 à 06h44 • Mis à jour le 12.01.2017 à 10h35 | Par Brigitte Salino

Pippo Delbono sur la scène du Théâtre du Rond-Point à Paris dans sa pièce « Vangelo ».

Pippo Delbono et sa mère : le sujet est inépuisable. C’était une mère italienne devant l’Eternel. Elle aimait plus que tout Dieu et son fils, à qui elle disait, sur son lit de mort : « Pippo, pourquoi tu nefais pas un spectacle sur l’Evangile ? » Pippo l’a fait, il s’appelle Vangelo, on peut le voir au Théâtre du Rond-Point, et c’est un cadeau comme le théâtre peut en offrir quand il ne cherche pas l’épate : bricolé avec affection, maladroit avec tendresse, doux comme certains rendez-vous.

Pour apprécier Vangelo, il faut se laisser porter par des mots, des images, des sentiments. Et des gens, surtout. Car Pippo est sur le plateau avec son monde, des comédiens pas comme les autres, qui sont avant tout des personnes, venues de tous horizons, souvent bizarres, grandes, grosses, maigres, trisomiques comme Luca ou microcéphales, sourdes et muettes, comme Bobo. Toutes belles de ne pas chercher à être autres que ce que la vie leur a donné, elles sont mises en scène dans des tableaux qui racontent comme toujours l’histoire de Pippo Delbono, connue par cœur de ses aficionados et réenchantée d’être de nouveau entendue, dans un nouveau chapitre.

Pippo Delbono dasn sa pièce

Celui-ci s’appelle donc Vangelo (« l’Evangile », en italien), et c’est un journal intime, un requiem pour l’amour d’une mère, une sarabande noire et une ode à la vie. Pippo Delbono a beaucoup fréquenté les églises quand il était enfant. Puis il s’est détaché du catholicisme, parce qu’il était en rage contre le dieu qu’on lui avait imposé, un dieu de la peur. Sa mère ne supportait pas qu’il soit devenu bouddhiste. Jusqu’au bout, elle a essayé de le convertir, en lui parlant de l’amour. Cet amour est dans le spectacle, à la façon de Pippo Delbono, qui épouse le monde. Quand il préparait Vangelo, il a eu un problème aux yeux. Il voyait double, trouble, se sentait mal. Alors, il est parti à la rencontre de migrants jetés sur les rives italiennes, avec lesquels il a tourné un beau long-métrage, Vangelo, qui sera programmé sur Arte en janvier.

On en voit des images à un ­moment du spectacle, et Pippo raconte dans le film qu’auprès d’eux il s’est senti à l’endroit juste, comme quand il s’était enfui avec Bobo de l’asile psychiatrique. A ce moment-là aussi, il allait mal, à cause du sida.

Une idée de l’amour vrai

Un moine bouddhiste lui avait dit : « La compassion, c’est sombrer dans les zones les plus noires, les plus obscures. Quand tu toucheras le fond, turemonteras quelqu’un et remonteras avec lui. » Bobo fut celui-ci. Il avait été interné quarante-quatre ans près de Naples quand Pippo l’a rencontré, en 1996. Depuis, il est devenu une star. La scène est son royaume : il apparaît et on ne voit que lui.

Aujourd’hui, Bobo a 80 ans. Quand Pippo lui prend la main et qu’ils s’éloignent ensemble vers les coulisses, l’un grand et costaud, l’autre petit et frêle, on approche une idée de l’amour vrai.

Dans Vangelo, Bobo chevauche un cheval à bascule, ou porte les cornes du diable, que Pippo préfère à Dieu parce qu’« au moins il est plus féminin, bisexe ». Bobo danse aussi, avec tous les autres, parce qu’il faut danser, jouir de la beauté des corps, de la puissance de la musique, oublier que « nous avons été jugés comme pervers, malades, différents, athées, putains, pédés, clodos, gitans », et ne pas avoir peur de la solitude. La rédemption n’est jamais loin du désastre, chez Pippo Delbono. Les deux s’enlacent dans son Evangile, crucifié par l’image du Christ et le malheur du monde, nourri d’une croyance qui emprunte à saint Augustin, Pier Paolo Pasolini ou Led Zeppelin, et porté par un sentiment de la vie qui fait que l’on se sent bien, tout simplement, en la compagnie de Pippo Delbono et de ses amis.

Vangelo,de et mis en scène par Pippo Delbono. Avec Gianluca Ballarè, Bobo, Margherita Clemente, Ilaria Distante, Simone Goggiano, Nelson Lariccia, Gianni Parenti, Alma Prica, Pepe Robledo, Grazia Spinella, Nina Violic, Safi Zakria, Mirta Zecevic. Théâtre du Rond-Point, 2 bis, av. Franklin-D.-Roosevelt, Paris 8e. Tél. : 01-44-95-98-21. Du mardi au samedi, à 21 heures ; dimanche à 15 heures. De 12 € à 38 €. Jusqu’au 21 janvier. Durée : 1 h 40. En italien surtitré. www.theatredurondpoint.fr/spectacle/pippo-delbono

Brigitte Salino
Journaliste au Monde

 
Toute ma vie je fuis
Mercoledì 11 Gennaio 2017 10:16

« Vangelo »
de Pippo Delbono

Du 5 au 21 janvier 2017

 

NOTRE AVIS : à ne pas manquer
-sélection janvier 2017-

S'emparant du discours des Evangiles, Pippo Delbono crée une parodie aussi provocante qu'hilarante, destinée à mettre à mal une morale culpabilisante et le chaos du monde, au profit d'un message d'amour et de liberté.



 

“Toute ma vie je fuis.

 


La pièce en bref

Avant de passer l'arme à gauche, la mère de Pippo Delbono, fervente catholique, lui demande d'imaginer un spectacle sur les Evangiles... Un spectacle qui parle d'amour, « parce qu'on en a tellement besoin aujourd'hui ». Le metteur en scène (qui se reconnaît davantage dans le bouddhisme), propose ici une véritable fresque où s'entremêlent théâtre, danse (avec l'influence de Pina Bausch), musique et cinéma. Tantôt sur scène, tantôt dans la salle, Pippo Delbono est le maître de cérémonie d'un cabaret rempli de personnages contrastés, emblématiques de l'humanité telle qu'elle est. Les tableaux s'enchaînent comme autant de visions : petits diables déchaînés, bonnes sœurs dansant le disco, femmes emprisonnées dans du cellophane ou encore réfugiés naufragés...  Le spectacle se fait témoin du chaos du monde, dénonce sa violence et son absurdité. Mais finalement, c'est n'est que lorsqu'on se retrouve au fond du trou que l'on accède à la vérité, la beauté et l'amour.

C'est en effet dans les moments les plus durs de sa vie que Pippo a rencontré ceux qui l'accompagnent aujourd'hui dans ses spectacles, comme le légendaire Bobò, sourd et muet qui a passé 45 ans de sa vie en asile psychiatrique, mais aussi ces réfugiés rencontrés dans les centres d'accueil et dont il filme les visages pour les porter à la scène. On se laisse emporter par le dispositif et l'énergie vitale qui se dégage de cette « troupe », où se côtoient acteurs et non-acteurs, chacun racontant son histoire. Ce spectacle est une ôde à la vie, à la fête (« Je veux de la musique et rien d'autre ! », ne cesse de crier Pippo) et à la liberté, qui remue et nous fait sacrément cogiter.

Jeanne Beaucamp

Critique

Experte en Dolce Vita


 


 

On a aimé

  • La confrontation burlesque entre bonne sœurs et diablotins.
  • Dresser des parallèles avec notre actualité.

 

On a moins aimé

  • Quelques longueurs qui font parfois redescendre notre enthousiasme, mais c'est vraiment histoire d'être tatillons.

 

 

Avec qui faut-il y aller ?

  • Un ancien catholique converti au bouddhisme.
  • Votre petit frère qui sèche les cours de catéchisme.

 

Allez-y si vous aimez

  • Les vieilles chansons italiennes.
  • Mettre un pied en dehors de votre petite zone de confort.

 

 

 
Vangelo, la declaration d'amour aux oubliès
Lunedì 09 Gennaio 2017 22:22

TOUTELACULTURE.COM

Vangelo, La déclaration d’amour aux oubliés de Pippo Delbono

6 janvier 2017 Par Amelie Blaustein Niddam |

Pippo Delbono est de retour au Rond Point avec sa dernière création, encore plus chargée des deux fantômes de sa vie, Pina Baush et sa mère. Vangelo est un manifeste anti bigots qui rassemble les amours contraints du metteur en scène italien pour son pays et le monde qui l’entoure.

★★★★mg_8737-2000x1333

« L’Italie développe des histoires qui dépassent le cinéma. Le Pape, Berlusconi. Nous on a 2000 ans d’histoire ». Le metteur en scène, acteur et réalisateur nous confiait cela en interview en 2013. Et Vangelo, comme ses spectacles et films précédents, le sujet inépuisable reste le même. Le truculent Pippo Delbono ne supporte pas le silence face à la misère. Il ne supporte pas non plus que les oubliés ne soient pas invités à son bal. Obsédé par la mort, il ne cesse de la manipuler dans ses pièces pour mieux danser avec elle. C’était le cas dans Orchidées présenté en 2014 au Rond Point.

Alors, on se retrouve comme en famille, car Delbono ne s’entoure pas d’une compagnie mais d’une troupe composée de  Dolly Albertin, Gianluca Ballarè, Bobò, Margherita Clemente, Ilaria Distante, Simone Goggiano, Mario Intruglio, Nelson Lariccia, Gianni Parenti, Pepe Robledo, Grazia Spinella, Nina Violic, Safi Zakria, Mirta Zecevic.

Des corps et des gueules cassées qui nous ramènent à toute l’Italie, celle des Opéras, celle de la Commedia dell Arte,  mais aussi celle de Dante. L’enfer est ce que préfère Delbono qui trouve le diable « féminin ». Dieu et ses fans sont ici mal venus. Abasourdis par le terrorisme et la crise des migrants,  il convoque ses images fétiches. Les longues robes et les farandole de Pina Bausch, sa sœur de cœur disparue en 2009, et toujours, sa mère à qui la pièce sera forcément dédiée.

Voir un Pippo Delbono c’est assister à une cérémonie dont le rythme se casse parfois laissant place à la divagation. Ce grand plasticien est surtout un peintre qui sait fabriquer des images, la plus forte étant peut être l’une des dernières, une explosion hippie  où trône en maître bouddha, dans un lit bébé, Gianluca Ballare qui est atteint de Trisomie 21.

Dans sa cour des miracles où les « Putains, les pédés, les clodos, les gitans » sont les rois, un christ passe, il se nomme Nelson Lariccia. Un vieux sage de 80 ans, Bobo tient encore debout et des nones portent des talons aiguilles. Mais l’horreur est partout, dans la fuite des Afghans qui ont vu le pire en traversant la mer comme dans la radicalité religieuse ici montrée par ce cercle de cardinaux rouge sang.

Dans le gris qui sert de décor à Vangelo, la pratique et l’utilisation du catholicisme est assassiné au pistolet. La musique sauvera de la morosité nous invitant à écouter encore Led Zeppelin.

Aucun doute, Vangelo est un spectacle de Pippo Delbono

Visuel : Luca del Pia

 
Rockeur et chrétien des origines
Lunedì 09 Gennaio 2017 20:22

WEBTHEATRE

Vangelo de Pippo Delbono

par Gilles Costaz

Rockeur et chrétien des origines

Partager l'article :

Pippo Delbono n’entre pas tout de suite en scène. Ses acteurs d’abord ! Femmes méditerranéennes aux cheveux enflammés et aux robes colorées, hommes un peu diaboliques : la première farandole donne le ton. On parlera de l’Evangile (vangelo) mais on fera apparaître Satan (ou, du moins, son imagerie), car il s’agit autant de parler de sacré que de se moquer de ce que les écritures saintes sont devenues dans l’Eglise et dans le mensonge quotidien de la vie. Les acteurs rejoueront même la scène où Ponce-Pilate demande aux juifs qui, de Barabbas ou de Jésus, il doit remettre en liberté ; tous viendront dire dans le micro le nom de Barabbas. Et voilà qu’enfin, bien avant cette scène de Barabbas, Pippo Delbono arrive, à l’avant-scène puis sur le plateau. La sonorisation est plein pot. Pippo parle, projette ses mots, cite des auteurs (saint Augustin), chante, saisit un violon, une guitare, prend ses acteurs par la main. C’est un rockeur mais de fête foraine, faisant tourner les mots et les gens avec la fièvre du samedi soir. Il trimballe partout où il va la place italienne, celle des petits villages où l’on peut parler et chanter tard dans la nuit, où les migrants sont parfois arrivés. Précisément, ils sont là, les réfugiés. Pippo les a filmés, à Asti où il est établi. Et la fraternité s’amplifie. Pippo, qui a déjà salué la religion dans d’autres spectacles en disciple du Christ passé par le filtre pasolinien, mène la réflexion en dansant. C’est un chrétien des origines qui n’a que faire de la liturgie et rit de des Judas et des imposteurs sans les envoyer en enfer.
Tout est symbole (les acteurs s’emberlificotent dans un rouleau de plastique qui les empêche de parler : c’est la traduction de toutes nos censures) et tout est jeu. Bobò, vieilli, est craquant de tendresse. La parade transforme la foire aux vanités en fête de la vérité. Pippo Delbono danse sans règles et, avec sa troupe, transmet une splendide joie contestante, débordante et envahissante.

 
Amour christique par Pippo Delbono
Lunedì 09 Gennaio 2017 20:00


Vangelo

De et avec Pippo Delbono

Avec Dolly Albertin, Gianluca Ballare, Bobò, Margherita Clemente, Ilaria Distante, Simone Goggiano, Mario Ontruglio, Nelson Lariccia, Giani Parenti, Pepe Robledo, Grazia Spinella, Nina Violic, Safi Zakria et Mirta Zecevic

Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h

Relâche le mardi 10 janvier

Tarifs : de 12 à 38 €

Réservation en ligne
ou au 01 44 95 98 21

Durée : 1h50

Théâtre du Rond-Point
2 bis, av. Franklin D. Roosevelt
75008 Paris

M° Franklin D. Roosevelt
(lignes 1 et 9)

www.theatredurondpoint.fr

Unknown copieJusqu'au 21 janvier 2017 puis tournée jusqu'en mars 2017

Vangelo est le récit d’un amour, qui exprime aussi la haine de l’intolérance et de l’exclusion. L’amour de Pippo Delbono pour le Christ, enseigné tout petit par sa mère, puis transformé en amour de l’humanité via une révolte adolescente sacrément diabolique, irradie avec frénésie et rage ce spectacle. C’est de tout cela, de Dieu, du Diable et des réfugiés aujourd’hui, dont nous parle l’artiste italien dans un opéra rock composite et généreux, débordant de sentiments, aux images fortes et à la révolte non contenue.


Unknown-2 copiePourquoi ne rentres-tu plus dans les églises ?

C’est la question que lui posait sa mère, tout juste avant qu’elle ne disparaisse. Pippo Delbono, artiste de la scène et du cinéma, metteur en scène et acteur, écrivain en italien et en français, mène depuis une trentaine d’années une série d’expériences théâtrales singulières, couronnées de prix, menées en collaboration avec son compagnon de route Bobò, sourd et muet, interné durant 45 ans dans l’hôpital psychiatrique d’Aversa. Entouré de comédiens et de danseurs, mais aussi de non-professionnels d’univers variés, l’artiste et son collectif nomade créent des spectacles souvent poétiques, débridés mais toujours attachants qui racontent notre monde non pas par le milieu, mais par la marge de l’humanité. 


Unknown-4Saint Augustin comme fil conducteur

Le spectacle débute en forme de messe colorée, avec un fond musical omniprésent. Les personnages s’assoient face public, le regard chargé de compassion et de souffrance. Leurs regards, leurs corps portent la misère humaine, mais aussi l’amour que Pippo nous raconte, micro en main, inspiré par son maître saint Augustin. Il y a quelque chose de profondément sincère, autobiographique dans ce spectacle qui nous fait remonter aux origines de l’enfance. La montagne, saint Augustin qui déclare son amour à Dieu, les animaux de la genèse, mais aussi les prédictions, Judas, le Christ en croix. C’est un véritable catéchisme qui nous est conté ici, dynamité à intervalles réguliers par des transgressions lucifériennes et révoltées, nourries d’enfance et de spontanéité. 


Unknown-1 copieLe Diable est une femme

Aller-retour perpétuel entre le Bien et le Mal, le Diable et le Bon Dieu, le féminin fantaisiste et le masculin guerrier, le voyage de Pippo nous entraîne vers les rives du désir, du sexe, de la comédie musicale Jésus Christ superstar. C’est alors une danse débridée version années 70, sono hurlante et projecteurs tous azimuts, pour crier un amour trahi par la guerre, l’exclusion et la déviation politique. Les images, souvent très belles, se laissent aussi déborder par une logorrhée de texte, un flot de paroles que Pippo ne parvient pas à tarir. Des vidéos de réfugiés dans un centre d’accueil italien soulignent le propos de manière appuyée mais touchante. Bien sûr, nous sommes d’accord avec ce cri d’amour pour l’humanité en danger, exilée et blessée, avec cette difficulté de se sentir abandonnés, trahis par les divinités censées nous guider. La troupe de Pippo Delbono, personnages sublimes et déchirants, qui danse sur une bande-son aux multiples couleurs, nous aura tendrement charmés à la lumière d’un plateau, colorée par les costumes et contrastée comme la vie. Un patchwork à la gloire de l’existence, en somme.


Hélène Kuttner

 
Commentaires fermés sur Vangelo
Lunedì 09 Gennaio 2017 11:49

Vangelo, de Pippo Delbono, au théâtre du Rond-Point

Jan 08, 2017 | Commentaires fermés sur Vangelo, de Pippo Delbono, au théâtre du Rond-Point

ƒ article de Florent Mirandole

stephane-trappier

© Stephane Trappier

Il est difficile d’écrire sur Pippo Delbono car ses spectacles vous déshabillent. Enveloppés de pelisses épaisses pour affronter l’hiver, nos corps et nos esprits doivent peu à peu laisser tomber leur couche de protection pour se laisser pénétrer par l’art du metteur en scène italien. Sans cet abandon, la confrontation ne serait pas juste, pas égale. Pippo Delbono prend le temps d’ouvrir son âme pour façonner ses spectacles, et il faut au minium entrouvrir la notre pour les savourer.

La matière de Vangelo lui a été inspirée par sa mère. Sur son lit de mort, elle a demandé à son fils d’écrire un spectacle sur l’Evangile. Plus qu’un témoignage d’amour, ce spectacle est surtout l’occasion pour le comédien d’interroger sa croyance et son enfance. Le petit Pippo a été nourrit par la religion catholique et son esthétique nous confie-t-il. L’irruption du catholicisme au milieu du théâtre emmène tout sur son passage. La religion est prise de plein pied, frontale, mais sans ironie ni cynisme. Elle est même peinte parfois sous des traits magnifiques et grandiloquents. Comme ce cardinal revêtu d’une longue chasuble éclatante, qui traverse une scène rougie par l’effervescence quasi mystique qu’a réussi à créer le metteur en scène. En quelques minutes la grande messe de Pippo Delbono nous élève, nous touche. Mais plus qu’un témoignage ou une célébration, le metteur en scène confronte également son héritage chrétien à l’actualité brulante. La religion est ainsi plantée devant le réel, à la mort, les combats et les migrants qui arrivent sur les plages d’Italie comme dans les « jungles » françaises.

L’art de Pippo Delbono est de créer des atmosphères envoutantes. De la scène d’ouverture, où sa troupe siège devant le public tel un parterre d’aristocrate décadents, à l’ascension du Golgotha par l’acteur lui même tirant un gigantesque mur en béton, chaque scène frappe par sa beauté. Il partage avec la metteuse en scène Pina Bausch cet art rare de savoir créer une émotion à partir d’un geste ou d’un objet. Comme chez Bausch, les plateaux dépouillés contrastent avec la force des images qu’ils dégagent. La comparaison s’arrête toutefois là, tant l’absence de décors foisonnant chez Pippo Delbono est largement compensé par un discours envahissant qui épaissit trop souvent la finesse de l’image.

Hyper sensible et militant féroce, le metteur en scène vocifère tout au long de son spectacle contre les injustices, les inégalités, les faux-semblants. Pris à froid dès les premières scènes, l’attention est rapidement saturée par ce flot de colère fiévreuse. D’autant plus que le discours certes sincère du comédien n’atteint pas la poésie désenchantée et éclatante de sa scénographie. Même en partageant l’empathie du metteur en scène avec l’actualité des migrants aujourd’hui, il est difficile de vibrer avec ses images de migrants filmés pendant de longues minutes dans les champs de maïs.

L’humanité de Vangelo, au final, nous ne la trouvons pas dans les mots, mais dans les personnages quasiment muets qui entourent le metteur en scène. Que ce soit le Bobò, Gianluca Ballarè ou Nelson Lariccia, ce sont eux, par leur seule présence, leur mutisme et leur regard fixe et obstiné qui au final remplissent la scène d’un supplément d’âme.

 
Vangelo:dans l'enfer de Pippo Delbono
Lunedì 09 Gennaio 2017 11:26

SceneWeb.FR


Vangelo : dans l’Inferno de Pippo Delbono

7 janvier 2017/dans , , , , , , , , , /par

Dans Vangelo, présenté au Théâtre du Rond-Point puis en tournée, Pippo Delbono montre le visage des martyrs et exclus contemporains. Il célèbre une messe laïque, une fête sacrée, troublante et transgressive, peuplée d’êtres et de chimères qui ne sont pas tous des Saints.

La Guerre, Le Silence, Le Cri, La Rage, Le Mensonge… Les spectacles de Pippo Delbono, à l’image de leur titre, se suivent et font traverser nombre de paysages émotionnels fortement contrastés, des endroits beaux mais obscurs, interrogateurs, libérateurs, qui bousculent et bouleversent indéniablement. Vangelo, le dernier opus, est comme les précédents fortement empreint d’enfance et de religion. Sur son lit de mort, la mère très croyante de l’artiste italien, à qui est tendrement dédiée la pièce, lui fait la demande d’imaginer un spectacle sur les Évangiles. Aussitôt naît la nécessité d’aborder ces textes. A Varazze, le petit village situé dans la campagne ligurienne où il est né, Pippo était enfant de chœur et jouait le rôle du petit Jésus dans le théâtre paroissial. Depuis, il a déserté les églises. A Dieu, il préfère désormais Bouddha ; au paradis culpabilisant, il oppose les délectations de l’Enfer.

Pippo Delbono se place délibérément du côté de « ceux qui vivent comme des assassins sur terre, comme des bandits au fond des mers, des fous à ciel ouvert ». Chef d’une troupe très singulière et fidèle, il traîne avec lui ses compagnons de route Nelson, Gianluca, Pepe, Bobo, des femmes superbes aussi, rencontrés au cours de pérégrinations diverses et variées. Tous les spectacles de Pippo Delbono sont le fruit de ces interprètes, de leur corps, leurs histoires, qui si loin de vous, vous deviennent pourtant familiers. Il associe cette fois des acteurs croates et, par vidéo, des migrants réfugiés au centre d’accueil Piam d’Asti. Ainsi, son théâtre existentiel qui a toujours porté la marginalité et la fragilité humaines, non pas exploitées dans un contenu victimaire mais au contraire magnifiées, prend un tournant plus politique encore. Dans une scène magistrale où retentit l’immolation du Don Giovanni de Mozart, un naufragé des mers, le corps vide et malingre prend la place du Christ en croix sous l’œil inquisiteur d’une communauté aux allures de Ku Klux Klan détourné à la mode baroque queer.

La voix caressante et rocailleuse, le corps massif et le souffle lourd, l’homme-orchestre, à fleur de peau, hurle et danse pour mieux se faire le chantre de l’amour et de la liberté. Il livre une charge anti-cathos radicaux et contre tous les fanatismes proférés au nom de Dieu. Quelque chose d’à la fois funèbre et d’éclatant paraît dans l’alliage du rouge capiteux et du noir caverneux qui éclairent le plateau d’une lumière toute particulière, proprement infernale.

Ce rituel grave et sulfureux plein de fièvre, de mélancolie, de poésie lyrique et furieuse donne lieu à de superbes instants de théâtre, de danse, de musique, de pure présence. Il faudrait être insensible pour ne pas être touché, conquis, par un tel geste, une telle grandeur, sincère et généreuse, qui fait finalement triompher la spiritualité et la beauté face aux dérives du monde et des hommes.

Christophe Candoni – www.sceneweb.fr

Vangelo
un spectacle de et avec : Pippo Delbono
et avec : Dolly Albertin, Gianluca Ballarè, Bobò, Margherita Clemente, Ilaria Distante, Simone Goggiano, Mario Intruglio, Nelson Lariccia, Gianni Parenti, Pepe Robledo, Grazia Spinella, Nina Violić, Safi Zakria, Mirta Zečević
avec la participation dans le film des : réfugiés du Centre d’accueil PIAM d’Asti
images et film : Pippo Delbono
musique : Enzo Avitabile
scénographie : Claude Santerre
costumes : Antonella Cannarozzi
lumières : Fabio Sajiz
traduction : Anita Rochedy
direction technique : Fabio Sajiz
vidéo : Orlando Bolognesi
son : Pietro Tirella
régie générale : Gianluca Bolla
habillage : Elena Giampaoli
organisation : Silvia Cassanelli, Alessandra Vinanti
administration compagnie : Raffaella Ciuffreda
organisation et production (France) : Christian Leblanc
réalisation décor et costumes : Hrvatsko Narodno Kazalište / Zagreb
production Emilia Romagna Teatro Fondazione, Hrvatsko Narodno Kazalište / Zagreb, coproduction Théâtre Vidy-Lausanne, Maison de la culture d’Amiens – Centre européen de création et de production, Théâtre de Liège, spectacle créé le 12 janvier 2016 au Théâtre Vidy-Lausanne
Durée : 1h50

Rond-Point
5 – 21 janvier 2017
DU MARDI AU SAMEDI, 21H – DIMANCHE, 15H – Relâche : LES LUNDIS ET LE 10 JANVIER
24 ET 25 JANVIER 2017
SCÈNE NATIONALE LA ROSE DES VENTS / VILLENEUVE-D’ASCQ (59)
27 ET 28 JANVIER 2017
L’HIPPODROME — SCÈNE NATIONALE DE DOUAI (59)
31 JANVIER 2017
LE MANÈGE — SCÈNE NATIONALE DE MAUBEUGE (59)
3 ET 4 FÉVRIER 2017
LA FILATURE SCÈNE NATIONALE DE MULHOUSE (68)
7 ET 8 FÉVRIER 2017
L’ESPACE MALRAUX — SCÈNE NATIONALE DE CHAMBÉRY (73)
18 ET 19 FÉVRIER 2017
THÉÂTRE DE LA PLACE / LIÈGE (BELGIQUE) –
VERSION OPÉRA
2 ET 3 MARS 2017
MAISON DE LA CULTURE D’AMIENS (80)
10 ET 11 MARS 2017
BONLIEU — SCÈNE NATIONALE D’ANNECY (74)
14 ET 15 MARS 2017
LA COMÉDIE — SCÈNE NATIONALE DE CLERMONT-FERRAND (63)
18 MARS 2017
SCÈNE NATIONALE DE SÈTE (34)

Mots-clés : ,

 
Les 17 spectacles qu'il faudra voir en 2017- TimeOut Paris
Venerdì 30 Dicembre 2016 09:30

https://www.timeout.fr/paris/theatre/les-17-spectacles-quil-faudra-voir-en-2017

 
Delbono canta la religione ed il dolore della solitudine di F. Cordelli
Mercoledì 30 Marzo 2016 08:38

 
IL vangelo di Delbono - La voce .HR
Sabato 27 Febbraio 2016 07:31

 
<< Inizio < Prec. 1 2 3 Succ. > Fine >>

Pagina 1 di 3
Copyright © 2000-2011 Compagnia Pippo Delbono-tutti i diritti riservati :: Webmaster: Flaweb